Les Entrepreneurs du Cuba Prosperent contre toute Attente

Le nombre des travailleurs indépendants a augmenté de dix pourcent en 2012.

Par Carlos Rodríguez - Amérique Latine

Les vendeurs de rue font partie du Secteur Cubain en croissance (Photo - Devon D Edward-Flickr)

De plus en plus des Cubains gèrent leurs propres petits commerces, qui génèrent des revenus et contribuent à soutenir l'économie. Mais dans un système fortement pondéré contre eux, ils ont difficile à obtenir un avantage concurrentiel.

Les commerçants indépendants appelés «cuentapropistas" ont commencé aux débuts des années 1990, et ils sont arrivés à couvrir diverses niches économiques, avoir des magasins, vendre des biens sur la rue et conduire des taxis.

Ils travaillent encore en marge d'une économie majoritairement contrôlée par l'Etat, dans laquelle le gouvernement essaie de gérer l'offre et la demande en fixant les prix et en rationnant certains produits de première nécessité.

Sous la présidence de Raúl Castro, le rôle des cuentapropistas a reçu une plus grande reconnaissance officielle, dans le cadre d'une nouvelle stratégie économique mise en place au dernier congrès du Parti Communiste, qui s'est tenue en Avril 2011.

Depuis, l’effectif des cuentapropista ne cesse d’augmenter. En Novembre de l'année passée, il y avait un peu moins de 400.000 personnes qui géraient leurs propres petites affaires, une augmentation de dix pour cent par rapport à la fin de 2011.

Les Cuentapropistas peuvent gagner beaucoup plus que ceux qui ont un salaire fixe dans le secteur public. Il y a beaucoup de demande, en plus, ils peuvent offrir des produits et services que le secteur étatique ne peut pas. Ils offrent également une source alternative des produits qui sont vendus dans les magasins de l'Etat, mais qui souvent n’y sont pas.

Les acheteurs comme María González se rendent compte que les prix des vendeurs privés peuvent être beaucoup plus élevés que ceux des magasins de l'Etat.

Un demi-kilo de haricots noirs qui coûterait huit pesos dans un magasin de l'Etat coûte 12 pesos chez un cuentapropista, une différence d’environ 0,20 $ Américain. Le Porc, une viande populaire au Cuba, coûte un tiers de plus chez un vendeur privé que dans un magasin de l'Etat.

González dit que les prix sont élevés parce qu’en fin de compte les vendeurs privés achètent leurs produits auprès des magasins de l’Etat, puis ajoutent une marge bénéficiaire.

L'absence d’une marge de manœuvre pour fixer les prix concurrentiels reflète les grandes difficultés de mettre en place leur propre petit commerce dans une économie gérée par l'Etat.

L’avocat Laritza Persent énumère certains des obstacles auxquels les cuentapropistas font face - ils ne peuvent pas se regrouper pour former des partenariats, ils ne peuvent pas non plus chercher des investissements à l'extérieur du Cuba, et leurs transactions et économies sont compliquées par l'existence de deux monnaies, l'une le peso Cubain normal dont la valeur est fixée par l'État, et la seconde, c’est le Peso convertible qui est indexé au Dollar Américain.

En plus, le secteur privé est strictement réglementée, et les nombreux règlements bureaucratiques auxquels les cuentapropistas doivent se conformer offrent des opportunités pour les agents de l’Etat de demander le pot de vin.

Persent a dit que les "Cuentapropistas se plaignent surtout des pouvoirs excessifs des structures chargées de réglementer leurs activités».

Les travailleurs indépendants ont très peu de droits et courent toujours le risque d'être accusés de faire du commerce spéculatif ou d'accumuler du capital. Les deux sont des crimes de droit Cubain, et susceptibles de conduire à la confiscation des biens et revenus.

Selon l'économiste indépendant Espinosa Chepe, les leaders Cubains se méfient encore de l'idée que leurs citoyens peuvent avoir un capital, et donc ils imposent des taxes "visant à freiner la croissance économique".

Malgré les obstacles auxquels ils sont confrontés, au moins quelques cuentapropistas se contentent de ce qu’ils reçoivent.

Le vendeur de rue Luis Fernández gagne environ 130 pesos par jour, ce qui équivaut à plus de 40.000 par an.

Avec environ 2.000 dollars, c'est beaucoup plus que ce qu’un Cubain moyen gagne, qui se situe autour de 5.400 pesos ou 215 dollars par an.

Fernández paie l'Etat environ 2.300 pesos par an, pour sa licence de commerce et ses contributions pour la sécurité sociale. Il a dit que la licence de commerce pour un vendeur qui utilise un panier à main était «facile à obtenir», et lui coûtait 40 à 50 pesos par an plus 40 pesos supplémentaires pour les autres documents.

Comme les salaires sont si bas, Chepe fait remarquer que les boutiques privées et d’autres services sont hors de portée pour un grand nombre de personnes.

Carlos Rodríguez est le pseudonyme d’un journaliste indépendant base à la Havane.

Cette histoire a été publiée pour la première fois sur le site d’IWPR

Like us
Follow us on Twitter

Cités Classe Mondiale pour Tous (Portugais Blog)

Il existe également une version du Blog en portugais où l'on peut accéder à des mises à jour personnelles sur les nouvelles et événements. On peut y accéder à travers ce lien: http://streetnetbrasil.wordpress.com/
StreetNet NewsBox

NewsBox

BRASIL. Camelôs fazem protesto na Avenida Rangel Pestana. G1 Globo (11 de abril de 2015).

BRASIL. Operação retira ambulantes do calçadão do centro de Maceió. G1 Glob (7 de abril de 2015) por Carolina Sanches.

BRASIL.  Operação da PM e Prefeitura vai retirar camelôs do Comércio. Primeira Ediçao (30 de março de 2015 ).

StreetNet Internationale

StreetNet Internationale

StreetNet Internationale est une alliance des vendeurs de rue. Elle était lancée à Durban en République Sud Africaine en Novembre 2002. Ses membres sont des organisations telles les coopératives, unions ou Associations. Ces dernières regroupent directement les vendeurs de rue, du marché, et/ou les marchands en qualité de membres, qui sont ainsi autorisés à s’affilier à StreetNet Internationale.

L’ objectif de StreetNet est de promouvoir l’ echange de l’information et idées sur les questions critiques à l’ endroit des vendeurs de rue, du marché, et d’ autres marchands: à titre d’ exemple, les vendeurs mobiles. Il doit aussi promouvoir les stratégies concernant l’ organisation pratique et la defence de leur intérêts.